Grand prix du théâtre

Adhésion et dons

13 éme édition

LARBINS de Marc Delaruelle

DISTRIBUTION :

Avec 

Mise en scène, décors et costumes : Anne Ruault 

Avec 

Cécile Adam

Richard Delestre

Olivier Lecoq 

Création Lumière: Maxime Robin 

Régie générale : Fred Brec

L’HISTOIRE

Dans la chambre d’un palace, 3 « larbins » sont au service des puissants du monde. Le quotidien de ces « petits » les englue dans une angoisse de la perfection au point qu’ils viennent à penser que la moindre erreur fera basculer le monde dans le chaos. La première s’escrime sur son lit au carré, le second compte les secondes pour envoyer ses côtelettes et le dernier scrute la plage à la jumelle pour infor- mer du déroulement du sommet mondial... 

L’intérêt du texte réside dans l’alternance entre les compte-rendus des agissements des puissants qu’on ne verra jamais et leurs angoisses, leur sou- mission, leurs rêves. Comme une partition musicale et de façon surréaliste, les 3 larbins évoluent de la chape de plomb due aux sans grade à la cacopho- nie de leur révolte, mêlée de rivalité et de romance. Quand les puissants se font la guerre, ils subissent encore, débordent de plus en plus, se déchirent pour sortir de leur gangue, s’aiment pour trouver leur liberté. 

PRÉSENTATION DE L'AUTEUR

Après une formation de comédien, principalement au Cours Simon, il se tourne rapidement vers la mise en scène. C’est pourtant l’écriture qui l’habitait depuis ses plus jeunes années et l’habite toujours.

Certaines de ses pièces eurent un beau parcours comme La Tête dans les nuages (Prix CIC 97, montée par la Comédie Française au Théâtre du Vieux-Colombier), Une valise à la mer (Espace Comédia, 2008), La Saga des masques (Théâtre du Petit Saint- Martin, 2008), Mathieu Solaire (Compagnie Solaire, tournée, 2007-2009), Oreste pour mé- moire (Théâtre de Saint-Maur, 2007, Prix du Festival du Val d’Oise 2006), En chair et en sucre (Compagnie Tourne- boulé), Les Rencontrées du Bel Hasard (LARC Scène nationale du Creusot, 2001), Rue sous voile de nuit (Théâtre de la Passementerie, 1999)... et, dernièrement, La Veuve éternelle ou Alma Mahler, éternelle amoureuse, produite au Petit Montparnasse en 2017. D’autres bénéficièrent de lectures publiques : Le Nu de la mère morte (Théâtre du Chêne Noir), Cher oncle Georg (d’après le livre éponyme de M. Horsinga-Renno, Festival des écritures d’Alfortville)... 

Et enfin, certaines attendent dans un tiroir, confiantes de trouver un jour leur metteur en scène. Il est également l’auteur de grandes réalisations scéniques, notamment celles produites par la ville d’Alfortville : Le Prix de la liberté (1989), Voltaire (1995), 2000 ans, la traversée du Temps (2000), Le Jour des muses (2007)... et a rédigé des livrets pour des œuvres musicales : Requiem (d’après Cocteau, musique d’A. Duhamel), Les Cents Clochers (oratorio en partenariat avec la BBC et Radio-France, 2000)... 

Metteur en scène, il s’intéresse d’abord à des auteurs consacrés comme Marivaux, Brecht, Bernanos, Claudel, Cocteau, Joyce, Ionesco... puis, outre ses propres textes (La Farce du roy Force, Les Furies, Rue sous voile de nuit, Une valise à la mer) à des auteurs contemporains comme Pascale Kukawka (Requiem et Jours d’été), Micheline Parent (Nuit de chasse), Florent Brussane (Il est venu), Frédérick Tristan (Le Dieu des mouches)...